Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Portrait de Constance, 17 ans...

Portrait de Constance, 17 ans...

A l’occasion d’un café virtuel, Constance, 17 ans est enthousiasmée à l’idée de raconter son parcours, son combat et l’énergie qu’elle a dû employer pour réparer les méfaits d’une cardiopathie congénitale. Sans en être vraiment consciente, ces 17 années, parfois dures à vivre, lui ont donné une grande maturité.

storage?id=1013127&type=picture&secret=67bFaGVPhSoEBsrrHIoUg5a5bntnfcKucAKoYn1w&timestamp=1589372981

Constance est née à Provins, en Seine et Marne. Dès sa naissance, elle est prise en charge et, à trois semaines, est opérée par le Pr Vouhé qui lui pose une première valve mitrale pour aider son cœur à fonctionner efficacement, opération de 13 heures suivie de cinq mois de réanimation. D’emblée séparée de sa famille, c’est un premier rapport à la vie atypique !

L’entrée en maternelle est également compliquée, l’apprentissage des relations sociales est perturbé par les nombreuses absences de Constance pour différents rendez-vous médicaux. Elle avait du mal à nouer des liens suivis avec les enfants de sa classe.

A six ans, elle subit une nouvelle intervention, la valve est devenue trop petite ! Cette fois-ci, si elle est plus consciente de ce qui se passe, Constance ne comprend pas toujours les raisons de ce qu’elle doit vivre. Le temps lui semble long, elle ne découvre pas avec les autres la scolarité en primaire. Bien sûr, elle a un enseignement à distance pendant ses absences mais cela ne remplace pas les découvertes et les rencontres faites à l’école. Cependant, Constance se bat et rattrape son retard.

storage?id=1013133&type=picture&secret=UcSSl5JpgJ3kmeY9uEVMRFtXmdXOuXQrJI2RYjSU&timestamp=1589373068

De nouveau, à onze ans, au moment de l’entrée au collège, une nouvelle intervention est programmée. Cela l’empêchera de suivre une grande partie de sa sixième. Sa ténacité lui permet de réussir, par l’enseignement à distance, à ne pas redoubler: elle est acceptée en cinquième. En troisième elle obtient son brevet avec mention et, refusant une orientation professionnelle, Constance décide de préparer un bac général. Cette année, elle est en terminale, il y a toujours des rendez-vous médicaux qui rendent ses études plus compliquées, mais elle ne relâche pas ses efforts. L’évaluation par contrôle continu, décidée pour cause de confinement, lui sera favorable. Là au moins, elle a eu un avantage; Constance, d’une certaine façon, a l’habitude de travailler en étant confinée!

Le sport, depuis quelques années, lui permet de s’évader un peu. Elle n’hésite pas se lancer dans des activités à sensations comme avec la pratique de l’escalade en salle !

Prenez un grand courage, ajoutez un trait de persévérance, deux ou trois zestes de patience et une pointe d’entêtement, vous obtiendrez Constance! Selon elle, tout le monde est capable de réaliser l’extraordinaire et doit se battre car la vie, parfois difficile, mérite amplement d’être vécue.

En 2018, quand le Pr Bonnet lui parle de l’association « Petit Cœur de Beurre » Constance y voit l’occasion de partager son parcours de vie atypique. Elle échange alors avec d’autres enfants, des jeunes et des parents sur ce qu’ils ont tous en commun.

storage?id=1013137&type=picture&secret=kWSv2lvTL9LLmRPmlc2Eha3sy96FFPj3FTnyrE1J&timestamp=1589373286

Constance se souvient de ce rendez-vous de PCB au restaurant «  Ma Caille » à Suresnes, en présence du Chef Norbert Taraye et de la Marraine de l’association, Natacha St- Pier. C’est un vrai bol d’air pour elle ; un grand soutien psychologique également. Elle réalise que la vie, sa vie, n’est différente que grâce à la maturité et la force d’esprit qu’elle et tant d’autres  ont pu acquérir en si peu d’années. Non, son parcours n’est pas un handicap, aucun obstacle ne saurait être infranchissable, aucune barrière ne l’arrêtera, désormais Constance se sait forte et elle n’est plus seule !

Parler, s’amuser, sourire puis construire ensemble un monde meilleur devenant petit à petit réalité. Ce monde des familles et des enfants que la Médecine a pris en charge au berceau mais que le combat a rendu plus grands, plus forts, plus généreux.

Merci à Antoine Lucas pour la rédaction de cet article.

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
portrait cardiopathie congénitale
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Portrait de Sowy

Portrait de Sowy

Grandir avec une cardiopathie congénitale s’est fait en 2 étapes, la 1ère avec ma famille, la...

29 mai 2020
"C'est ma façon de dire merci"

"C'est ma façon de dire merci"

Le portrait que nous vous proposons aujourd’hui est celui de Sorona, bénévole chez Petit Coeur...

13 juin 2020
"Le plus dur, c'est le diagnostic"

"Le plus dur, c'est le diagnostic"

Lynda, maman de trois enfants et bénévole chez Petit Coeur de Beurre, a accepté de témoigner de...

Raphaël lenique
11 juillet 2020
"Avec de la volonté et du courage, on y arrive toujours"

"Avec de la volonté et du courage, on y arrive toujours"

Dominique, porteuse d'un pacemaker, a accepté de témoigner pour Petit Coeur de Beurre sur son...

Raphaël lenique
25 juillet 2020
Reprise des évènements

Reprise des évènements

A cause du coronavirus, de nombreux évènements de Petit Coeur de Beurre ont dû être annulés....

30 juillet 2020
L'impact du COVID-19 sur les infirmiers de Necker

L'impact du COVID-19 sur les infirmiers de Necker

Kévin est infirmier à l'hôpital parisien Necker-Enfants malades. Il a voulu témoigner sur...

Raphaël lenique
27 juin 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus